SenséMô 

Bienvenue!

Né de la rencontre entre Catherine Vanham (logopède et formatrice en Gestion Mentale) et Camille Schlögel (neuropsychologue), petit frère de MathéMô (centre de rééducations cognitives) et MétaMô (centre pédagogique pluridisciplinaire), SenséMô est un centre pluridisciplinaire ayant pour objectif d'accompagner les enfants, adolescents et adultes de la vie scolaire à la vie professionnelle, qu'ils présentent ou non un trouble d'apprentissage.

Le point commun entre les différents collaborateurs est la Gestion Mentale. Cette approche nous permet de parler le même langage lors de nos prises en charge pluridisciplinaires et réunions.

Gestion mentale

La Gestion Mentale est un terme choisi par le philosophe et chercheur en pédagogie Antoine de la Garanderie pour désigner la recherche et prise de conscience de la mise en oeuvre des actes mentaux de connaissance.

Ce terme renvoie à des « gestes » dans le sens où, comme tout geste, il peut rester inconscient ou peu conscient mais il peut aussi être analysé, appris, et devenir volontaire. Les Actes de connaissance, au nombre de 5, sont imbriqués les uns dans les autres, se succèdent et se renouvellent pour amener le sujet à « co-naître » le monde qui l’entoure.

 

  • L’Attention, qui, dans ses va-et-vient entre les perceptions et les représentations mentales amène l’apprenant à «réfléchir» les apprentissages qui lui sont proposés… L’Attention s’apprend en accompagnant l’enfant ou le jeune dans ces mouvements (de pensée) entre le regard sur les feuilles de son cahier et ce qu’il en garde mentalement.

 

  • La Mémorisation qui demande confiance en l’avenir, projet de retrouver l’information ailleurs et plus tard, qui exige réactivations, plaisir, traces…et de préparer le terrain à la réflexion.

 

  • La Compréhension qui demande de confronter des idées entre elles, à la recherche de sens.

 

  • L’Imagination, partout et toujours en fonctionnement dans l’apprentissage. Elle demande confiance en soi, projets, recherche d’inédit, recherche de questions, anticipation, remise en question.

 

  • La Réflexion, geste complexe qui demande une flexion sur les connaissances, un réaménagement de celles-ci pour les ajuster aux nouvelles, une recherche en mémoire, une prise de risque.

 

Tous ces actes sont posés par l’apprenant quand il est confronté aux matières scolaires et aux apprentissages en général. Le but de la Gestion Mentale est de renseigner l’élève sur « l’intelligence de ses moyens » pour l’aider à avoir accès aux « moyens de son intelligence » A. de la Garanderie.

 

Les personnes formées en Gestion Mentale amènent le sujet à découvrir ses moyens d’action par le dialogue pédagogique. Ce dialogue est cognitif (le but n’est pas d’analyser les affects, même si le thérapeute en tient compte) et repose sur l’introspection.

 

L’apprenant est invité à s’observer penser dans des tâches (scolaires ou non scolaires ; au début, elles seront non scolaires et prendront appui sur des domaines de réussite de l’enfant).

 

Il prend peu à peu conscience de ses stratégies, des structures de celles-ci, du sens qu’il leur donne. Il découvre ses besoins perceptifs (Meilleur rendement en voyant, ou en manipulant, en écoutant) mais aussi ses besoins et constantes évocatives (représentations mentales visuelles, en mouvements, ou auditives, besoin de se parler, envie de traduire, de transformer, de reprendre à l’identique… dans l’espace ou dans la temporalité, dans une finalité d’explication ou d’application).

 

Ces découvertes font partie du vécu de la séance. Pour éviter des interprétations erronées ou un «étiquetage» de la personne, les séances ne font pas l’objet d’un compte-rendu écrit mais, avec l’accord de l’enfant, les parents peuvent y être invités. La Gestion Mentale amène un autre regard sur celui qui apprend, une compréhension plus fine des difficultés, une prise en charge « sur mesure ». L’accent est toujours mis sur le chemin mental parcouru et qui a amené la «réponse» (erronée ou non) et non sur la réponse elle-même.

 

Il se peut que certains enfants aient du mal à s’introspecter, que ce soit par des « barrières » affectives ou autres. Nous lui proposons alors plusieurs solutions (d’évocations ou de moyens perceptifs) dans les tâches proposées et nous l’accompagnons dans les « essais » successifs.

 

Avec d’autres sujets, la méthodologie générale sera privilégiée et nous les accompagnerons dans le travail de la découverte de l’évocation en général. En effet, nombreux sont les jeunes qui «restent» devant leurs feuilles sans évoquer, mettre en tête quoi que ce soit… la méthodologie passera donc en priorité par ce travail pour se poursuivre par la découverte de moyens efficaces (schémas heuristiques, ordinateurs, fiches … ) pour résumer, synthétiser, mémoriser à long terme, préparer un contrôle… Ces moyens relèvent alors notamment des recherches en psychologie cognitive.

Un suivi à la maison est indispensable à la réussite de l’aide pour atteindre l’autonomie dans l’apprentissage.

Les apports de la Gestion Mentale aident l’équipe dans les prises en charge de logopédie, de psychologie, de psychopédagogie et de neuropsychologie.

 

Ce regard philosophique basé sur l’Être face à la connaissance nous guide encore dans les ateliers et stages de vacances ainsi que dans l’aide à l’enfant précoce en difficulté scolaire. 

La majorité des intervenants à Sensémô sont formés ou éveillés à la Gestion Mentale, cette approche de respect de la personne et de sa pensée faisant partie de la philosophie de centre.